Qu’est-ce que la psychologie ?

img-270x250-qu_est_ce_que_la_psychologieLa définition contemporaine de la Psychologie est indissociable de son histoire. C’est ainsi qu’au fil de son évolution nombre de Psychologues et Professeurs d’Université en ont donné une définition partielle en regard de leurs pratiques, recherche, et enseignement. Ces définitions s’additionnent et se complètent, les unes ne se substituant pas aux autres. Les Psychologues praticiens/chercheurs* constatent qu’au cours de leur pratique, ils utilisent l’ensemble des savoirs fondamentaux explorés par leurs prédécesseurs et ceux enseignés actuellement.

Ainsi, au cours de son histoire, la Psychologie est passée de la connaissance de l’âme humaine, considérée comme une partie de la métaphysique, à la science des phénomènes de l’esprit, de la pensée, de la vie mentale, au sens le plus large de ces termes. Aussi, ses racines se trouvent-elles dans de nombreuses disciplines allant de la physiologie à la philosophie.

Aujourd’hui, c’est une discipline à part entière, encore jeune, référée aux Sciences Humaines, et une profession enseignée à l’Université. Ses champs d’application sont multiples. Ils sont définis dans le document des « Actes de compétence professionnels des Psychologues ».

La Psychologie s’est développée sur des bases internationales et multidisciplinaires. Elle décrit et explique par l’observation et l’expérience, les conduites* des organismes de façon vérifiable, et emploie des méthodes susceptibles de satisfaire aux critères généraux de la méthode scientifique, avec une portée, des limites et une nature qui sont propres au domaine de la Psychologie. –Homme ou animaux-en interférence avec son milieu.

C’est la science des comportements* humains, des processus mentaux*, du vécu réel et de l’expérience réfléchie*. Elle a pour objectif d’une part, de décrire et d’expliquer comment les personnes pensent*, ressentent, agissent et, d’autre part, de traiter une grande variété de situations et de problématiques* humaines. Sa portée est donc individuelle, sociale, et politique.


*Tous les Psychologues sont des praticiens/chercheurs. Dans le champ de la clinique psychologique et de la psychothérapie, la pratique quotidienne du Psychologue est toujours confrontée à une dimension de recherche, eu égard à la particularité de chaque Sujet que le Psychologue reçoit. Cette dimension permet au diagnostic d’évoluer et au soin de s’établir, au décours du processus clinique et thérapeutique. Ainsi, le Psychologue s’inscrit comme chercheur, parce qu’il met en œuvre sa créativité d’intervention et de compréhension, eu égard au fait que le symptôme n’est jamais fixé.

*Conduites : ou comportements ; activités organisées des êtres vivants en vue d’atteindre un certain but. Reuchlin, Maurice. Psychologie, PUF, 6ème Édition 1986.

*Comportements : ensemble des actions et réactions objectivement observables

*Processus mentaux : ensemble de phénomènes actifs organisateurs de la pensée

*Expérience réfléchie : Sujet pour qui toute situation psychologique est propice à la réflexion

*Comment les personnes pensent : le « comment » renvoie aux mécanismes et aux processus de pensée qui est le propre de l’objet d’étude de la psychologie. A la différence du contenu qui renvoie à la question « que » pense la personne, appartenant à un domaine plus subjectif et interprétatif dont n’est pas totalement absent l’idée d’une pensée de référence (dont la norme et le jugement ne seraient pas totalement absent).


Les champs de la psychologie pratiquée en exercice libéral

La psychologie s’exerce également en cabinet privé. Elle constitue un ensemble de pratiques en référence à des théories variées qui sont enseignées à l’université, avec obtention d’un diplôme d’Etat.

La psychologie clinique et pathologique

On trouve l’expression de psychologie clinique pour la première fois dans la lettre de Sigmund. Freud à Wilhelm Fliess (30.01.1899). Cette discipline a pour but la connaissance approfondie de cas individuels et est essentiellement compréhensive. La méthode clinique explore la dynamique psychique. Elle s’efforce d’atteindre le vécu du Sujet et de comprendre avec lui le sens de ses conduites. Elle analyse ses conflits, la manière dont il essaye de les résoudre à la lumière de son histoire, de ses aspirations, de ses aptitudes et de ses capacités de changement. Sont associés l’observation du comportement et les tests (qui ne sont pas pratiqués systématiquement).

Elle s’attache essentiellement à la réalité psychique. Elle permet d’établir un diagnostic psychologique. Si besoin Psychologue peut préconiser une psychothérapie qu’il le effectue en accord avec le Sujet.

La psychothérapie ou le soin par l’Acte thérapeutique que Psychologue

Ainsi, la définition de la psychothérapie psychologique est la suivante :

  • de la demande d’un particulier adressée au Psychologue, en vue du soulagement de souffrances affectives, d’un mal être, d’un mal vécu, ou d’une souffrance psychique en provenance de sa propre personne ou d’un évènement extérieur (familial, social ou professionnel). La dimension inconsciente et transgénérationnelle de cette souffrance, peut engendrer divers états de dysfonctionnement de la vie psychique, autant psychologique que psycho-somatique.
  • d’une réponse du psychologue à cette demande qui s’appuie sur le respect du discours de la personne et de sa subjectivité, selon une périodicité libre, et une prise en compte de la dimension passé – présent – avenir.
  • Le but du Psychologue est de conduire la personne à son entière autonomie et non pas à sa dépendance (telle qu’elle est organisée par la prescription médicamenteuse et les pratiques obscures des autoproclamés). Son intervention consiste à soulager la souffrance psychique, c’est-à-dire à apporter une aide là où il appartient à la personne de trouver des réponses à ses propres questions.

La psychologie du travail

C’est l’une des premières disciplines de la psychologie appliquée qui remonte à la fin du XIXe siècle. Sa tâche consiste à étudier et à utiliser les conditions dans lesquelles s’exerce l’activité professionnelle. Elle s’intéresse à l’homme comme acteur social.

L’expertise psychologique

C’est un classique dans le cadre de la procédure pénale. Les magistrats du siège peuvent être également demandeurs au civil pour procéder à des enquêtes plus larges.

Pendant de nombreuses années ces enquêtes ordonnées par les juges des affaires familiales, les juges d’instances, les conseillers près les cours d’appel, ont été diligentées par des assistantes sociales, voire par tout type de professionnels, ou par des retraités. Mais il paraît évident, pour la protection du Public, qu’une expertise psychologique, nommée comme telle, doit être  effectuée par un Psychologue.

La psychologie de l’enfance et de l’adolescence

C’est la psychologie clinique appliquée à l’enfance et l’adolescence.

La psychologie gérontologie

C’est la psychologie appliquée au vieillissement.

La psychologie sociale

Tandis que la psychologie de l’individu se pratique depuis 2500 ans, la nécessité d’une psychologie sociale telle que Freud l’expose avec tant d’acuité n’a été perçue et n’a mûri qu’au cours des années 20;  » La psychologie devrait expliquer le fait surprenant que l’individu qu’elle peut désormais comprendre, ressent pense et agit dans certaines conditions contrairement à toute attente : or cette condition est son insertion dans une foule humaine « . Cette  » théorie psychologique des foules  » est la première à correspondre aux conceptions actuelles. L’urbanisme, l’environnement, le travail sont des domaines appliqués à la psychologie sociale.

La psychologie du comportement

Elle s’inscrit dans la lignée du behaviorisme. Ses principes sont tirés de la théorie de l’apprentissage. Un syndrome névrotique, phobique énurésie, etc… est considéré comme acquis et donc susceptible d’être abandonné pour un comportement mieux adapté. Elle agit sur la réalité.

La psychologie cognitive (QI)

Elle s’apparente à la psychologie sociale. Elle s’intéresse à l’intelligence abstraite ou conceptuelle (aptitude à utiliser le matériel verbale et symbolique), à l’intelligence pratique (manipulation des objets), à l’intelligence sociale (compréhension d’autrui, capacité de s’entendre et de vivre avec).

La neuropsychologie

Elle aborde les fonctions mentales supérieures dans leurs rapports avec les structures cérébrales. Elle est fondée sur l’étude des troubles du comportement dus à l’atteinte de ces structures par la maladie.

La psychosomatique ou psychologie des maladies somatiques

C’est l’étude des facteurs psychologiques ayant favorisé la maladie. Le malade est appréhendé comme être humain total porteur d’espoir, de désespoir, d’angoisses, et pas seulement porteur d’organes.